Warner Textile Archive and Claremont

Accueil > Actualités > Warner Textile Archive and Claremont

House & Garden, mars 2016

Warner Textile Archive and Claremont


Warner Textile Archive and Claremont



En bref

A la fin du XVIIème siècle, William Warnen travaillait comme teinturier à Londres. Son descendant, Benjamin Warner, photo ci-dessus, créa une entreprise de design textile en 1857, accueillant par la suite ses fils Alfred et Frank, marquant la naissance de Warner & Sons.

REPRODUCTION DES MOTIFS

En collaboration avec Claremont, Warner Textile Archive ressort ses dessins historiques, repensés pour le XXIème siècle.

TEXTES JESSICA DOYLE

Dans les innombrables tiroirs de Warner Textile Archive, Essex, repose un trésor d'inspiration. Organisées pour retracer l'histoire de la société Warner & Sons depuis son installation à New Mills, Braintree en 1895 jusqu'à l'arrêt des fabrications en 1971, les archives comportent plus de 60000 échantillons de tissus. Certains ont été produits par Warner & Sons et d'autres collectés par les propriétaires ou dessinateurs de l'entreprise. Ensemble ils documentent presque 500 ans de design textile. Pourtant, bien qu'il s'agisse de célébrer la mémoire et l'histoire, les archives sont aussi tournées vers l'avenir. Une renaissance est en train de se dérouler, 45 ans après que Warner & Sons a cessé de produire à New Mills, Warner Textile Archive revient à la fabrication avec la réédition de 11 tissus historiques.

Cette partie de l'histoire des archives commence il y a six ans, quand son archiviste et  directrice commerciale, Kate Wigley, cherchait des sources de revenus pour la fondation. Quand Warner & Sons, renommée Warner Fabrics, a finalement été vendue dans les années 80, les archives sont devenues une entité autonome et ont changé de propriétaire plusieurs fois. Le stock a finalement été installé à Milton Keynes, avant d'être transféré par le Braintree District Museum Trust en 2004 à son lieu d'origine, New Mills, l'année suivante. En 2010, avec des coupes budgétaires importantes, le besoin d'autonomie financière devient urgent. Les archives diffusaient déjà des droits d'utilisation de ses dessins sous licence pour des marques telles que Sanderson ou Liberty, et avait démarré une collection avec Surface View - tout cela se poursuit encore - mais avec une ambition de longue date de Kate de créer une collection sous le nom de Warner. Une première expérience est menée en 2013 avec une gamme de papèterie, la réaction a convaincu Kate qu'il y avait une réelle attente pour ces dessins. Cette gamme est toujours en vente aux archives et sur internet.

A peu près à la même époque, elle contacte Adam Sykes, propriétaire de la maison d'édition textile Claremont, avec une proposition de création d' collection. « Je cherchais quelqu'un capable d'interpréter les dessins originaux, de conserver l'esprit et le caractère, mais aussi de les redynamiser, » dit-elle. « Je connaissais le haut niveau de qualité des tissus Claremont et voulais ce niveau de standard pour la collection ».

Le savoir-faire de Kate dans le design textile et l'expérience d'Adam comme fournisseur des architectes d'intérieur et décorateurs constituent une belle association. Une des priorités de Kate était de fabriquer un chintz de bonne qualité, pour lequel Warner & Sons était réputé : quelque chose de différent de ce qu'elle décrit comme les « brillants exagérés et pompeux » des chintz modernes. Adam acquiesce, « les gens réclament à nouveau des tissus à l'ancienne, parcheminés, glacés. »

Cette qualité, selon Adam, ne pouvait être obtenue que chez un des spécialistes, une entreprise familiale européenne qui fabrique les tissus Claremont. Le choix évident était Tissus d'Avesnières à Laval, nord-ouest de la France, avec qui il entretient une relation depuis longtemps ; notamment sur la reproduction d'un chintz pour le château de Chatsworth.

Ainsi commença cette remarquable association, entre Kate, Adam et Nathalie Liguine des Tissus d?Avesnières, travaillant en étroite collaboration. Le défi pour Nathalie était de récréer l'aspect authentique des documents originaux tout en utilisant des techniques modernes : une association d'impression jet d'encre et de cadre plat. Reproduire les couleurs à l'identique des impressions à la planche a été particulièrement délicat. « Nous avons du définir trois ou quatre nuances de chaque couleur pour conserver la profondeur des effets impression à la planche. » explique-t-elle.

Chacun des 11 nouveaux tissus a été méticuleusement reproduit à partir des fragiles documents d'archives, et plusieurs ont été déclinés en variantes de couleurs supplémentaires pour augmenter encore leur intérêt. Certains ont été apprêtés d?un subtil glaçage, donnant un effet cassant et légèrement luisant - non seulement les chintz, mais aussi, exceptionnellement, des lins plus lourds comme le dessin « Celia », un motif floral des années 20. D'autres encore sont apprêtés par un tumbler qui leur donne une main très souple.

La diversité de la collection est remarquable : Adam et Kate ont habilement retranscrit l'étendue des archives, à côté des motifs floraux nous trouvons de simples rayures, une toile classique et un imprimé très vif aux motifs coralliens qui est étonnamment moderne. Comme Kate l'a souhaité, ces classiques et les archives elles-mêmes ont été ravivés. « Nous sommes des archives vivantes, » dit-elle. « Quand les gens achètent ces tissus, ils apportent leur soutien au travail de conservation que nous effectuons ici. Nous espérons raconter cette belle histoire. »

La collection Warner Textile Archive sera disponible chez Claremont à partir du 24 février, à partir de 140 £ le mètre. warnertextilearchive.co.uk | claremontfurnishing.com